Archive | février 2015

Minute et le Salon Beige chez Ubu !

Depuis des années, j’ai été traité de misogyne et d’homophobe.
Depuis des années, je reçois, régulièrement, des mails ou des messages via les réseaux sociaux, me couvrant d’injures pour cela.

En février 2013, j’ai posté un message sur mon blog pour remettre certaines choses au point, notamment pour expliquer que l’on pouvait combattre le mariage homosexuel, tout en condamnant fermement toute forme de discrimination.

Je reçois toujours des insultes. Mes collaboratrices et mes collaborateurs ont appris à lire ces courriers, et à répondre à ces appels téléphoniques en gardant leur sang-froid, en expliquant à leurs interlocuteurs la vérité de ce que je suis, de ce que je fais au service des autres, sans distinction aucune.

Mais ce matin, la coupe qui était déjà bien pleine a débordé. Ce matin, un homme a téléphoné à mon bureau, à l’Assemblée Nationale, pour se scandaliser que je finance « le lobby LGBT ». Il avait lu sur le Salon Beige, qui rapportait un article de Minute, que j’avais financé sur ma réserve parlementaire l’association Le Refuge.

Alors, parce que j’ai choisi de venir en aide à des jeunes en rupture familiale, dont certains ont été jetés à la rue par des parents ne supportant pas leur homosexualité, dont certains ont déjà tenté de se donner la mort tellement leur souffrance était grande, alors pour cela, on vient maintenant me taxer de « financer le lobby LGBT » ?!!

Je revendique ce soutien à une association qui vient en aide aux jeunes homosexuels, je n’y vois aucun « lobby », juste de l’humanité, de la fraternité. Serait-ce trop ? On peut avoir combattu le mariage homosexuel sans être homophobe.

Pauvre France, dont les enfants ne savent même plus distinguer un lobby qui milite pour des changements, que j’ai combattus, des heures et des heures, des nuits et des nuits à l’Assemblée (mariage homosexuel, PMA, GPA…) d’une association qui vient au secours de ceux dont la vie même est en danger.

Pauvre France, dont les enfants se croient grands parce que ceux qu’ils regardent sont à genoux, et qui ont oublié le vrai sens du mot Fraternité. J’ai peut-être parfois exprimé un peu maladroitement certaines de mes inquiétudes, devant des évolutions du mariage ou de la procréation qui risquent, à mon sens, de déstabiliser la société. Mais je refuse la haine ou la peur de l’autre.

Je refuse de croire que nous en sommes arrivés à un point où les causes que nous défendons nous imposent de lutter contre une partie de nos concitoyens. Je refuse cette vision de groupes qui s’opposent, qui ne peut produire qu’un affaiblissement général de la Nation. Alors oui, je crois qu’il faut nommer les choses, que nous avons la liberté d’exprimer nos opinions. Je ne suis pas le roi du politiquement correct et je pense que cela est sain.

Mais j’en appelle aux valeurs de la République. Comment espérer que nos jeunes respectent ces valeurs communes et fondatrices de liberté, d’égalité et de fraternité si nous sommes capables de les rejeter aussi facilement dans notre discours, hystérisés que nous sommes par des faux débats et la confusion générale ? Et dans quelle société sommes-nous pour voir ainsi toute fraternité rejetée ?

Pauvre France, ceux qui se prétendent tes meilleurs gardiens t’entraînent dans l’abîme de leur bêtise.