Tag Archive | réalisme

Cet après-midi je n’ai pas pu applaudir

FH Congrès

 

Cet après-midi à Versailles lors du congrès après le discours présidentiel, j’ai chanté avec fierté la Marseillaise avec tous mes collègues parlementaires, mais je n’ai pas pu applaudir le discours de François Hollande car je suis resté sur ma faim.Je sais que pour gagner un combat, il faut plusieurs qualités, outre le fait de connaître parfaitement son adversaire, de se préparer minutieusement, de savoir s’adapter, d’avoir les meilleures stratégies : il faut être extrêmement réactif.

Les mesures prises aujourd’hui arrivent beaucoup trop tard et auraient pu être prises il y a des mois.

Pourquoi ai-je le sentiment comme la majorité des Français que ces 4 000 personnes fichées par le service des renseignements comme étant des individus radicalisés, peuvent vivre en toute impunité, en toute liberté ?

Il faut donc un drame pour que des perquisitions soient menées et que des arrestations soient effectuées ?

Encore une fois, sur ce sujet, le Président, n’a pas été assez réactif, pas assez rapide.

Après les attentats du mois de janvier dernier, le gouvernement, nous propose un projet de loi sur le renseignement, il est passé dans les mains des députés, des sénateurs, puis en commission mixte paritaire, au final il a été voté le 24 juillet, soit plus de 6 mois après les faits.

Aujourd’hui cette majorité nous prouve encore sa lourdeur et sa lenteur dans ses prises de décisions. « Nous sommes en guerre ! » Je suis d’accord, alors il faut être rapide pour être plus efficace. Dans cet état d’extrême urgence, nous n’avons pas le temps de reprendre une partie de la Constitution.

Pour mettre en œuvre les mesures présidentielles, un certain nombre de projets de loi en procédure accélérée pourraient suffire à nous donner les meilleures armes législatives pour combattre le terrorisme.

De plus, sur ces sujets régaliens, députés et sénateurs, pourraient travailler ensemble, en même temps, dans un même hémicycle, comme lors du congrès à Versailles.

Cet après-midi à Versailles, j’ai aussi cru que nous allions protéger TOUS les Français.

A aucun moment, lors de son discours, le chef de l’Etat n’a soulevé la problématique de l’amalgame.

Il est temps d’aider nos compatriotes musulmans à se protéger contre le radicalisme, il est urgent de constituer un Islam conduit par des imams qui parlent français, soient de culture française et français.

Arrêtons le laxisme, cette politique de l’autruche, ayons le courage de punir tous prêcheurs, prédicateurs, imams, ne respectant pas nos valeurs, nos principes de liberté, notre façon de vivre.

Je sais que les Français sont plus que jamais unis… L’unité nationale est acquise, il est temps de passer à l’ACTION nationale, comme moi, beaucoup de Français l’attendent, alors agissez plus vite, Monsieur le Président de la République, et là j’applaudirai.

BBR

 

Loi Macron, ou la politique du pansement

pansement01Alors que la France a 2000 milliards de dette, que la balance du commerce extérieur est largement déficitaire, que le chômage augmente chaque mois, le projet de loi présenté par Monsieur Macron et supposé relancer la croissance dans notre pays fait figure de répertoire de mesurettes !

Des semaines de montage médiatique autour de ce texte, pour que la montagne accouche finalement d’une souris : tout ça pour ça.

Une fois encore, le Gouvernement fait une démonstration de sa capacité remarquable à mener une « politique du pansement » plutôt que de proposer une vision globale et des réformes structurelles, dont chacun sait qu’elles sont pourtant désormais indispensables à la survie de notre économie.

Vote de la motion de censure

Le 20 mars, l’Assemblée était appelée à voter une motion de censure, officiellement déposée par le groupe UMP le vendredi 15 mars, en application de l’article 49.2 de la Constitution.

Cette procédure, traditionnellement utilisée pour mettre en cause la responsabilité du Gouvernement, était pour notre groupe l’occasion de faire un premier bilan de l’action de François Hollande à la tête de l’Etat, et d’obtenir du Premier ministre, de plus en plus absent des réponses aux Questions au Gouvernement, qu’il s’exprime sur ses orientations politiques.

Dans un contexte économique et social international de plus en plus complexe et tendu ; au moment où les Français souffrent de la pression fiscale toujours plus étouffante du Gouvernement ; sans voir le bout du tunnel en matière d’emploi, avec une hausse permanente du chômage (plus de 1000 emplois détruits chaque mois) c’était aussi pour notre opposition l’occasion de rappeler ses valeurs et les axes qu’elle propose au Gouvernement.

Motiondecensure1

Motion de censure2

Pourquoi je soutiens François Fillon : interview dans Le Parisien

Vous pouvez retrouver l’interview que j’ai donnée au Parisien en accès direct à cette adresse.

Discours de politique générale du Premier ministre : un déni total des recommandations de la Cour des Comptes !

Didier Migaud, premier président de la cour des Comptes, a du passer un désagréable moment cet après-midi, devant le discours de politique générale du Premier ministre.

En effet, durant une longue heure et demie, Jean-Marc Ayrault a fait le catalogue des mesures promises par François Hollande lors de sa campagne, mesures incantatoires et budgétairement irréalistes, dont les classes moyennes feront les frais :

–  Quand le rapport de la Cour des Comptes met l’accent sur la double nécessité de réduire les dépenses et de trouver de nouvelles recettes, le chef du Gouvernement s’est engagé sur des dépenses toujours plus importantes, contre toute raison.

–  Alors que la Cour pointe le problème posé par la masse salariale de l’État, qui a progressé de 0,48% en 2011 malgré la suppression de 32.000 emplois, le Premier ministre a réitéré l’engagement de créer les 60.000 postes promis par le candidat Hollande !

Il a ensuite rappelé sa volonté de réformer l’impôt sur le revenu, d’alourdir l’impôt sur la fortune, de supprimer l’exonération de charges sur les heures supplémentaires dans les entreprises de plus de 20 salariés. Toutes ces mesures grèvent lourdement la compétitivité des entreprises, et seront à court terme destructrices d’emploi.

Après la hausse de 2% du SMIC, qui va coûter 2 milliards à l’Etat, et risque de détruire plusieurs dizaine de milliers d’emplois, pour un gain individuel limité à 21,50€ par mois, le discours prononcé cet après-midi devant la représentation nationale ne fait que confirmer le déni de réalité dans lequel semble vouloir s’enfermer le nouveau Gouvernement, et dont la France, et les Français, feront les frais dans quelques mois, et cela malgré les mises en garde de la Cour des Comptes.